"Ich bin Monsieur Jourdain"

Compil du "ich bin ein Berliner" (J.F.Kennedy - Berlin 1963) et Monsieur Jourdain qui faisait de la prose sans le savoir, (Molière, le bourgeois gentilhomme , acte II scène IV) . Il fallait bien un titre aussi puissant à ce post pour vous parler d'une présentation ou plutôt d'une révélation!

Et oui comme Monsieur Jourdain j'ai été sidérée de me rendre compte que je suivais une méthode depuis la naissance d'Hugo sans jamais en avoir entendu parler.

D'un naturel réfractaire aux méthodes, cette prise de conscience aurait pu m'effrayer. Il n'en est rien ! La raison est bien simple, cette méthode n'a de méthode que le nom. Il s'agit en fait d'une manière d'être à l'autre, d'une posture, de savoir être. On est à l'opposé de la méthode décrite étape par étape avec ses lots de consignes et d'injonctions. Là on est dans la réflexion, quasiment dans une philosophie de vie.

Si je devais résumer cette méthode en trois mots, je dirai "rencontrer l'Autre en conscience ". Encore une qui est tombée dans le panneau de la pleine conscience direz vous. C'est à la mode, effectivement comme sujet la pleine conscience mais ce n'est pas tant le coté mode de la pleine conscience qui m'a séduite dans l'intensive Interaction.

Ce qui m'a séduite c'est de me rendre compte que c'est la philosophie que j'avais toujours appliquée avec Hugo, se baser sur l'envie pour aller décrocher la lune. L'envie de Hugo mais aussi l'envie des personnes qui vont travailler avec lui. Je me souviens encore de l'entretien d'embauche de sa première éducatrice qui n'avait de cesse de vouloir rencontrer Hugo (qui faisait la sieste !). Ce n'est pas son CV qui m'a le plus convaincue mais son envie de partager du temps avec lui, son envie de construire quelque chose ensemble. Je ne me suis pas trompée, lors de cet entretien cette personne nous a beaucoup apporté.

Les troubles autistiques de Hugo (et les discussions quotidiennes avec cette super éducatrice!) m'ont amenée à me questionner sur les problématiques sensorielles, et j'ai passé des heures à frotter une zone particulière d'un plaid, j'ai joué avec Hugo à masquer LA zone avec la main, à la frotter à tour de rôle , prenant plaisir dans le partage du moment sans rien attendre de plus qu'être ensemble. Le plaid est désormais troué à deux endroits et sert encore de doudou dans les moments très difficiles. Peu à peu, Hugo a ouvert des mini brèches dans son armure et a montré les premiers signes d'intérêt autres que sensoriels. Entre temps j'avais découvert la pédagogie Montessori et toute l'importance de la sensorialité des apprentissages. Alors j'ai pendant des heures, en fonction de ce que Hugo me renvoyait comme signaux, signaux perceptibles et décodables uniquement par mes yeux experts, manipulé des objets, des concepts, guidée par des sourires et des mouvements totalement inappropriés ( comme courir autour de la table!). Et puis un jour Hugo a montré qu'il pouvait écrire pour communiquer. Mais Hugo ne communiquait quasiment qu'avec moi. Vaste question qui aurait pu permettre à des psy de remplir des livres. Pourquoi cet enfant ne parle qu'avec sa mère?

J'ai commencé à m'intéresser au mutisme sélectif alors. Mais son orthophoniste me répétait à loisir que la personne souffrant de mutisme sélectif articule des sons correctement dans certains contextes ce qui n'était pas le cas de Hugo. Nous avons un peu creusé dans cette direction et j'avoue que je voyais mal le moyen de sortir de cette ornière.

Et un jour, connaissant la passion de Hugo pour les langues étrangères j'ai envisagé qu'il puisse avoir des cours d'anglais avec Anna. Très vite, la position d'Hugo durant les cours d'anglais a changé. L'enfant totalement mobile, incapable de se poser incapable de participer a laissé la place à un jeune posé , certes dans un environnement un peu (terriblement ! ) encombré, sur le plan géographique, visuel et sonore. Hugo agite en permanence ses capsules du loto des odeurs, écoute un dessin animé en même temps et fait chanter trois livres. Mais Hugo est posé et participe à la discussion en anglais avec Anna. Il peut désormais lui poser des questions, lui demander de l'aide, lui raconter des anecdotes. Avant de suivre la présentation de l'intensive interaction, j'ai pensé que l'attrait de la langue expliquait ce changement de comportement. J'avais noté le même changement pour les cours de latin. Aujourd'hui, avec le recul, je pense que Hugo a trouvé chez Anna l'écho de ce que je lui ai proposé des années durant. Et j'ose même faire le lien, je suis intimement convaincue que cela lui permet de développer des compétences de communication avec Anna certes, mais aussi avec Françoise sa prof de latin et avec Maëlle qui lui donne des cours de sciences.

Mieux encore que participer aux cours en visio, Hugo peut désormais interpeler " de vive voix" des personnes qui parlent de lui à la troisième personne, montrant ses progrès en communication.

Un jour je vous dirai plus en détail comment je pense avoir fait de l'intensive interaction sans le savoir ... mais en tout cas aujourd'hui j'ai intensément la sensation que généraliser cette philosophie de relation avec Hugo lui permet de prendre sa place dans la relation ET dans la communication avec de plus en plus de monde.



46 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout