En mai fais ce qui te plait !

Et si tout simplement c'était la solution???

Oh je vous entends déjà dire l'impossibilité de ce proverbe populaire. Dans son sens général, il est bien sur impossible de faire ce qui nous plait de manière absolue.

On va donc un peu recentrer le sujet sur l'éducation (et oui c'est ma marotte). Vous vérifierez par vous même, vous retenez mieux ce que vous aimez. C'est pareil pour les enfants, dès leur plus jeune âge et je crois que c'est encore plus vrai lorsqu'on parle de troubles des apprentissages ou de handicap.

En paapotant (non ce n'est pas une faute d'orthographe c'est le nom de notre groupe de discussion) on s'est rendu compte que dans l'imaginaire collectif, les préjugés sur les "occupations" à proposer aux personnes en situation de handicap étaient particulièrement forts. Comme tous les préjugés, ils s'avèrent souvent faux, c'est un peu le principe mais surtout ils sont souvent blessants, niant toute le caractère de la personne en la réduisant à un élément d'un groupe dont la personne qui l'exprime s'exclut.


De cette exclusion nait inévitablement un sentiment que les personnes et les proches des personnes en situation de handicap connaissent bien: la HONTE.

Et oui c'est un sujet extrêmement difficile à évoquer. Mais quand on est confronté au handicap, que ce soit directement ou indirectement, il faut s'attendre à la rencontrer.

Elle attend au détour de phrases aussi anodines que "mais pourquoi vous n'avez pas de chat? je viens de finir un livre dans lequel l'enfant parlait au chat. Tu devrais essayer!" ( ça c'est à la bibliothèque!)

Le médecin trouvera que tu travailles trop ou trop peu, sous-entendant que les troubles autistiques de ton fils ET tes choix professionnels peuvent être liés. Remarquez, les mamans des enfants autistes ne sont pas les seules concernées mais elles sont de très bonnes cibles!

Et leurs personnes qui peuvent te trouver totalement inconsciente parce que tu n'as pas TOUJOURS et TOUTE situation l'intégralité du dossier médical de ton fils avec toi, parce que Madame, vous comprenez, c'est de sa santé qu'il s'agit!

Dans la file du supermarché, le monsieur qui te regarde de haut parce que tu demandes la priorité et qui fait des commentaires sur l'éducation que tu donnes à ton enfant !

Bref la honte est capable de te toucher partout où tu te trouves ! Mais ce qui est pire, c'est que la peur d'avoir honte, elle te prive parfois de vivre simplement des moments géniaux pour toi et pour ton enfant. Elle te prive parfois de vivre la vie dont tu as rêvée et pire elle peut priver ton enfant de vivre ce qu'il aime et donc d'apprendre en vivant des expériences.


En mai fais ce qui te plait!


En mai fais ce qui te plait, tu es prévenue : c'est évident que plus d'une fois tu croiseras une personne qui te fera honte. ça fait mal, je sais. Essayez de comprendre ce qui vous a fait blessé. Pour ma part, c'est souvent en lien avec la parentalité ou le handicap.


Mais c'est décidé en mai (mais aussi après!) , avec Hugo on retourne aux musées, on continue les cours de latin, de maths et d'anglais, et mille autres choses aussi surréalistes, on écoute Brassens, ("non les gens n'aiment pas que l'on suive une autre route qu'eux"). Et au détour d'une activité, on rencontre des personnes extraordinaires qui aident Hugo à se dépasser, à apprendre, en partageant avec lui ses intérêts, pour l'anglais, les sciences ou les romains, qui respectent sa différence, qui lisent ses textes . Ce sont ces moments là qui sont porteurs de progrès mais surtout de vie!


En mai fais ce qui te plait, il n'y a pas de hiérarchie, pas d'activité plus importante qu'une autre à partir du moment où l'activité te plait et apporte du bonheur à celui qui la fait;

Bref en mai fais ce qui te plait et ne limite pas tes envies... cela te portera tout le reste de l'année !

(inspirée par les mots de Hugo...)




27 vues3 commentaires

Posts récents

Voir tout