Le poids des mots... Le choc des photos!

A travers ce slogan que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaitre, je vais vous parler de mon projet phare pendant le confinement, non pas avec Hugo... mais avec mes élèves! J'ai de la chance on m'a confié 14 élèves ! j'effectue un remplacement d'enseignement spécialisé dans un collège. Et avec le confinement, il a fallu inventer une nouvelle manière de fonctionner.

En début du confinement, j'avais pas mal de choses à dire à mes élèves. Ecrire un mail inidividuel me semblait trop fastidieux, écrire un mail groupé trop impersonnel. j'ai opté pour la newsletter et en l'écrivant, l'idée s'est imposée. Il fallait que nous ayons un journal! Le nom était facile : Salle 102, le numéro de notre classe! L'équipe de rédaction, chacun des élèves accueilli sur le dispositif. Les sujets, ceux dont ils voudraient parler. J'ai fixé quelques limites, les textes devaient pouvoir être lus par la Direction et ne pas traiter de jeux vidéos. Les articles doivent me parvenir le vendredi pour une distribution par mail le dimanche.

En lançant ce projet au tout début du confinement, je n'avais aucune attente particulière, de vagues objectifs pédagogiques:

  • conserver le concept de classe en permettant au groupe d'exister ensemble, (je n'étais pas encore prête aux cours virtuels pendant lesquels on fait du français, des maths...)

  • donner un travail régulier

  • faire réaliser les production d'écrits si laborieuses jusqu'alors.


Puis les premiers articles sont arrivés (la plupart par mail mais certains étaient dictés au téléphone par les élèves sans connexion internet), ils se répondaient et construisaient une ossature, autour des animaux, des recettes de cuisine, de l'expérience vécue. Le lundi, les élèves étaient fiers de leur journal (et moi aussi). L'équipe de direction du collège a décidé de le diffuser à l'ensemble de l'équipe.

Le nombre de lecteurs a donc été décuplé. Les élèves se sont pris au jeu. Ils cherchent d'eux même les sujets les plus pertinents. Certains ont été puiser dans la poésie française et nous ont offert des vers de Verlaine ou de Victor Hugo.

Nous avons abordé l'Histoire à travers les fêtes du mois de Mai. Nous avons parlé du vivre ensemble, d'Aimé Césaire et de la Martinique, de métier, d'orientation, de vie quotidienne.

Là, nous préparons un numéro spécial. Il est spécial à double titre, nous avons invité les frères et sœurs à participer (et oui ils ont vu depuis 8 numéros précédents) et pour une fois, j'ai donné un sujet imposé. Chacun le traite comme il veut! Chaque élève (et chaque invité) est associé à un peintre célèbre (j'ai trouvé un lien plus ou moins tenu entre le peintre et les centres d'intérêt du jeune journaliste). Il peut dessiner, peindre, écrire sur l'artiste, faire un exposé, s'inspirer mettre en scène le tableau avec les playmobils ou des playmais... Libre à lui! Chacun a une page du journal pour s'exprimer! et tous auront vu une vingtaine de peintres et d'oeuvres différents à la publication de ce journal.

Par un concours de circonstances, il a été repris par le SDEI 31 comme exemple de ressources possibles 31 à réaliser avec des élèves à besoins particuliers et s'est même repris sur le site d'eduscol...

Mais le plus important reste qu'avec les élèves nous nous soyons bien amusés, que nous ayons partagé une production positive et que nous puissions aussi garder UNE TRACE de ce moment!





423 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout