Tout est dans le titre


Elèves en situation de polyhandicap, laissez les vous surprendre


Avec un titre pareil, impossible pour moi de passer à coté de ce livre! Là je viens de le refermer et il m'est AUSSI impossible de ne pas vous en parler, de ne pas vous donner envie de lire ou de le faire lire et même de l'offrir. Rassurez vous, ce n'est pas moi qui l'ai écrit et je ne connais pas les autrices, mais ce livre DOIT être lu. IL doit être lu pour faire changer le regard sur le handicap. Ce livre c'est la définition de la présomption de compétences, thème qui m'est cher comme vous le savez.

Ce n'est pas spoiler l'histoire que de préciser qu'elles se rendent compte que certains élèves ont un niveau bien supérieur à ce qu'elles pouvaient imaginer. Certes, elles ne peuvent absolument pas expliquer comment ces enfants ont acquis ce niveau de compétences scolaires mais elles ont réussi à les faire émerger et à les rendre visibles au sein de l'établissement, des familles et à diffuser grâce à ce livre l'idée que bien qu'en situation de polyhandicap et sans avoir reçu un enseignement traditionnel, l'acquisition de la lecture était possible. Faisons écho à cette nouvelle en lisant ce livre! En le refermant , j'ai ressenti un peu la même émotion que lorsque les lumières se sont rallumées dans la salle de cinéma après la projection du film, Dernières nouvelles du cosmos. Il ne s'agit ni d'un roman, ni d'une autobiographie mais du témoignage de deux enseignantes spécialisées d'un institut d'éducation motrice, à deux pas de chez vous peut-être mais à l'autre bout de la France pour moi. Laissez moi vous raconter!


En ouvrant ce livre, j'ai été entrainée par le cheminement intellectuel des enseignantes qui découvrent le profil de leurs nouveaux élèves. Leurs interrogations et surtout la remise en question de leur pratique professionnelle pour répondre au mieux au cadre réglementaire de l'école a permis non pas l'émergence mais la révélation des compétences scolaires, lecture et écriture de certains élèves.

Ce livre est aussi essentiel car il me conforte dans une intuition, basée sur l'observation et l'analyse de ma pratique avec Hugo : LA COMMUNICATION EST LA BASE . Souvent je résume ma conviction ainsi "il faut communiquer pour apprendre et apprendre pour communiquer". Ces deux enseignantes, avec une expertise autre que la mienne consacrent un paragraphe entier au défi de la communication pour les élèves en situation de polyhandicap et à la place de la communication dans les apprentissages scolaires.

Mais contrairement à ce que j'ai pensé en parcourant la table des matières, ce n'est pas le chapitre qui m'a le plus marquée.

C'est en fait la totalité du livre qui est bouleversante. Ces enseignantes, avec tout leur professionnalisme questionnent l'égalité. Dit comme cela c'est un peut fort mais pourtant ... En intitulant un chapitre Elève en situation de polyhandicap, un oxymore? et en consacrant un chapitre entier aux réactions de l'entourage de ces élèves, les parents mais également l'ensemble de la communauté de soins de l'établissement, c'est la question de la perception de la personne en situation de polyhandicap qui est questionnée, et donc sa place dans la société.


En fait, ce livre, contrairement aux autres je l'ai dévoré, lu d'une traite en diagonale, j'ai essayé de rédiger un post pour vous en parler et j'en étais incapable. Alors je l'ai relu, tournant les pages à toute vitesse ( et oui j'étais en rupture de mini post-it pour marquer les passages essentiels) pour retrouver les passages sur lesquels je devais m'attarder. Ce livre il est super facile à lire mais il mérite que l'on se pose pour le lire. il ose poser des questions auxquelles qu'en tant que maman j'ai tant de mal à répondre parfois. Vous savez, le "pourquoi tu fais tout ça?" "Quel intérêt, tu es dans le déni". Ce livre il me permet de ne pas me sentir si seule face à certains professionnels aussi qui se réfugient derrière un tableau clinique et des certitudes.


Le livre se termine sur une page de remerciements, moi je terminerai mon post par des remerciements aux autrices de livre et à Ethan, un ado dont le poème reproduit dans ce livre a touché Hugo qui s'est ainsi senti moins seul.


Si vous lisez ce post et que vous êtes en lien avec Ethan, dites leur qu'à l'autre bout de France, un jeune de son âge " a aussi peur de passer sa vie en étant regardé comme un handicapé qui ne comprend rien" (citation d'Ethan p. 193)



444 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout