Avec la fin de l'année...

C'est l'heure des bilans et je me rends compte que cela fait plus de six mois que je lis et relis des pans entiers du même livre... sans encore avoir fini! Et pourtant!!! Il est passionnant et m'offre une nouvelle perception de la lecture en particulier pour les jeunes avec des besoins complexes... il faut dire que l'auteur est particulièrement inspirant ... Stanislas Dehaene! ( vous aviez compris l'été dernier que j'étais un peu fan absolue!) ... Donc pour revenir aux neurones de la lecture puisque c'est LE titre de l'année, il m'a confortée dans mon idée que "seul on va vite mais ensemble on va plus loin", (ça aurait fait un chouette titre de post d'ailleurs!) . Les difficultés d'apprentissage de la lecture sont souvent perçues sous le seul angle de la phonologie qui est essentielle ... Comment apprendre à lire lorsqu'on ne connait pas le son des lettres?

Cette question est d'ailleurs une grosse entrave pour le commun des mortels qui me demandent souvent comment peut lire Hugo puisqu'il ne parle pas. Sous entendant que la production de sons est un "pré-requis" indispensable à l'apprentissage de lecture, tâche au combien difficile dans nos souvenirs!

Mais on oublie aussi qu'il nous faut déchiffrer les lettres c'est à dire passer par le canal visuel pour décoder les fameuses lettres qui donnent des sons! Et c'est là que le travail en interdisciplinarité est fascinant! Faire une évaluation des compétences visuelles est une étape trop mais vraiment trop souvent négligée. Faire objectiver les besoins d'espacements des lettres ou des interlignes, des besoins de contraste par un spécialiste permet de proposer des supports visuels adaptés. Dès lors que les supports ont été adaptés, les difficultés d'apprentissage de lecture sont bien plus à identifier et à travailler, plaçant l'apprenant dans une spirale de progrès et lui permettant d'exprimer plus efficacement les compétences présumées. En tant qu'enseignante, j'ai à plusieurs reprises questionné les élèves sur ce qu'ils percevaient visuellement, leur ai proposé des textes de même complexité mais utilisant des mises en page différentes. Ces expériences sont couteuses en préparation pour l'enseignant et le résultat n'est absolument pas garanti! Cependant, l'apprenant qui prend conscience que lorsque le support est adapté, ses capacités de lecture sont décuplés, peut alors mobiliser ses compétences.

Cette interdisciplinarité est encore plus indispensable pour les apprenants n'ayant pas les moyens de nous exprimer leurs ressentis pour faciliter toutes les taches d'apprentissage, la lecture évidemment mais pas que, en nous appuyant sur l'expertise de tous.

Mais en bouclant la lecture de ce livre ( et de ce post!) c'est à la question de l'apprentissage de la lecture pour les jeunes avec des difficultés d'intégration sensorielle que je pense car ce livre a conforté mon opinion sur la nécessité de travailler en interdisciplinarité avec un orthoptiste pour apprendre à regarder les lettres!

Bref je vais encore le garder un moment sur mon chevet ce livre!


84 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout